Agcimmobilier

Investissement locatif en loi Pinel : réduisez vos impôts !

Vous êtes fortement fiscalisé et avez comme projet d’investir dans un placement peu risqué, à rendement intéressant ? L’investissement locatif en loi Pinel est fait pour vous. Il a en effet pour principal avantage de réduire votre impôt sur le revenu en fonction de la durée de votre engagement envers l’état et l’administration fiscale.

Cette durée d’engagement est de 6 ans pour réduire vos impôts de 12% sur la base du montant de votre investissement. Elle est de 9 ans si votre objectif est de défiscaliser à 18%, et de 12 ans qui est la durée maximale autorisée, laquelle donne lieu à une défiscalisation de 21%.

Le calcul de la réduction d’impôt

La meilleure manière de dégager la carotte fiscale dont vous allez bénéficier est d’utiliser le simulateur en ligne que la plupart des sites spécialisés en loi Pinel mettent à votre disposition. Cette réduction est calculée à partir de vos revenus imposables pour donner lieu au montant de votre impôt brut.

Vous devez alors mentionner votre situation matrimoniale, le nombre de vos enfants à charge ainsi que le montant de votre investissement c’est-à-dire du montant de l’achat. Indiquez également la superficie du logement, les charges locatives ainsi que le loyer mensuel. Précisez la durée choisie et la zone où le logement est établi (A Bis, A et B1).

Certains simulateurs font état non seulement de la réduction d’impôt généré, mais aussi du taux de rendement global, du capital constitué ainsi que des gains réalisés.

Vous pouvez effectuer une simulation inversée, c’est-à-dire cibler le montant du logement pour espérer réduire la totalité de vos impôts par exemple. Attention cependant : investir en loi Pinel ne doit pas seulement être dicté par cet objectif de défiscaliser. Il s’agit avant tout d’un placement. Pour cela, les recommandations d’un conseiller en gestion de patrimoine sont requises.

Comment investir sous la loi Pinel ?

Tout d’abord, vous avez le choix entre faire construire le bien ou l’acquérir vous-même, ou vous tourner vers un promoteur immobilier qui va vous vendre directement un programme Pinel. Cette dernière option revient plus cher que la première, attention donc à bien calculer la rentabilité locative et le rendement de votre activité.

Vous devez aussi vous conformer aux exigences fixées par l’État, à savoir l’emplacement de l’immeuble d’une part, ainsi que les plafonds de ressources du locataire et des loyers par zone. Vous déclarerez ensuite votre investissement en remplissant un dossier qui se compose de plusieurs documents. Ces derniers concernent le logement proprement dit ainsi que votre situation fiscale.

L’investissement Pinel doit aussi faire l’objet d’une déclaration annuelle. Vous pouvez vous renseigner sur l’incidence de votre placement sur le prélèvement à la source sur latribune.fr.

Comment réduire son impôt avec un logement ancien ?

La loi Pinel ne concerne pas seulement les biens neufs, mais aussi les immeubles anciens qui doivent alors être totalement réhabilités et répondre aux normes environnementales. On parle dans ce cas de loi Pinel ancien ou de déficit foncier. À ne pas confondre toutefois avec la loi Denormandie :

  • le Pinel de déficit foncier ne tient compte que des immeubles anciens situés en zone A Bis, A et B1, comme avec le Pinel classique
  • le parc éligible pour défiscaliser avec la loi Denormandie est celui des immeubles anciens situés dans les communes qui ont signé le programme « Action cœur de Ville ». Ces communes sont implantées pour la plupart dans les zones B1, B2 et C.

La réduction d’impôt est également calculée différemment pour ces deux dispositifs, bien que l’objectif soit avant tout de dégager le déficit foncier généré par les travaux de rénovation ainsi que les autres charges (intérêts, frais de notaire).